Bandeau
Synthèse 2013 > Les inquiétudes des Européens continuent de se renforcer

Après 5 ans de crise économique, les inquiétudes des Européens continuent de se renforcer

Malgré (et sans doute en raison de) l’inscription dans la durée de la crise économique en Europe, les inquiétudes des Européens ne faiblissent pas. Au contraire, elles continuent d’augmenter et de se diffuser à des domaines toujours plus faiblement connectés à la situation économique objective.

Sur un total de 17 risques pouvant affecter les biens, la situation personnelle d’un individu ou de ses proches (santé, perte d’autonomie, perte d’emploi…), 16 suscitent ainsi une inquiétude majoritaire et croissante chez les Européens déjà sondés en 2012 (Français, Allemands, Espagnols, Britanniques, Italiens et Polonais). Le seul risque qui ne suscite pas une inquiétude croissante chez les Européens est la possibilité d’un divorce ou d’une séparation (42% tout de même ; stable par rapport à 2012). Aucun autre aspect de la vie n’est épargné alors même que le risque objectif de survenue de ces événements n’a le plus souvent pas augmenté depuis l’année passée: le risque de décès d’un membre du foyer par exemple suscite une inquiétude importante et croissante chez 80% des Européens sondés (+5 points par rapport à 2012). La possible survenue d’une maladie grave génère également des inquiétudes fortes et grandissantes, qu’elle touche une personne du foyer (82% ; +4) ou soi-même (81% ; +4). Ce qui augmente, ce n’est pas le risque mais bien le sentiment d’une fragilité toujours plus forte face à ces situations si elles venaient à se produire, notamment parce que les mécanismes de protection dont on pouvait bénéficier jusqu’à maintenant sont perçus comme moins efficients.

Si les inquiétudes les plus fortes demeurent liées à la vie et à la santé (maladie, accident, perte d’autonomie, invalidité…), celles qui progressent le plus par rapport à l’année passée sont les plus directement liées à la conjoncture : il s’agit de la possible perte de son emploi (62% avouent que cette perspective les préoccupe actuellement de manière importante, soit +7 points par rapport à 2012). Après plus de 5 ans de crise, le niveau de cette crainte (sachant notamment que tous ne sont pas concernés, retraités et étudiants notamment) et le fait qu’elle continue de se diffuser est un signe fort de la gravité de la crise économique (et de la crise de confiance) qui continue de sévir aujourd’hui en Europe.

D’ailleurs, si les risques médicaux restent dans le trio de tête des risques les plus anxiogènes, ils ont plutôt tendance à reculer (39% des ressortissants des pays déjà sondés en 2012 les citent parmi les trois risques qui les inquiètent le plus, soit -2 points par rapport à 2012). Les risques financiers (44%) et les risques de chômage (40%) inquiètent davantage, le caractère anxiogène de cette dernière famille de risques s’étant par ailleurs renforcé (+2 points depuis 2012). Les inquiétudes des Européens restent donc toujours plus dominées par la situation économique et l’emploi.

Les inquiétudes des européens continuent de se renforcer

Regards d'experts

guillemet début Une chose me frappe dans cette étude, c’est l’importance de tout ce qui a trait à l’intégrité physique de la personne : le corps, la maladie, l’agression. Dans la hiérarchie des craintes, cela vient avant le chômage, avant les risques financiers. Ce qui veut dire quelque chose sur le rapport des Européens à leur individualité et à la santé.

Voir la suite >

guillemet début Dans une région développée comme l’Europe, les accidents sont devenus plus rares, donc plus retentissants, et alimentent d’autant plus l’aversion au risque.

Voir la suite >

guillemet début Dans nos pays développés, l’aversion au risque prospère du fait que le risque réel disparaît. Pour prendre l’exemple de l’aérien, il y a eu l’année dernière pour 800 millions de passagers, soit 6 millions de vols, 17 accidents seulement. Même effort de sûreté en matière ferroviaire ou routière. Et dans le social également : 50% des dépenses sociales dans le monde sont réalisées en Europe. Nous vivons dans un environnement où le risque a largement disparu !

Voir la suite >



Synthèses recommandées

Un sentiment de vulnérabilité exacerbé

Conséquence notamment de l’enlisement de la crise et de l’augmentation des inquiétudes : les Européens se sentent de plus en plus vulnérables. Face [...]

2013 0

Une aversion encore plus marquée qu’en 2012 pour le risque

Dans le contexte actuel, le risque apparaît toujours plus comme un danger aux yeux des Européens déjà sondés en 2012 : Français, Allemands, Espagnols, [...]

2013 0

La nécessité de réformer pour assurer la pérennité du système

Si la performance des différents systèmes nationaux est jugée diversement, les Européens sondés s’accordent sur la nécessité de les réformer : 95% pensent [...]

2013 0

Les pays où l’on observe des signes encourageants : l’Allemagne et l’Italie

Des préoccupations en baisse en Allemagne L’Allemagne, avec un budget excédentaire et une croissance qui repart, voit les inquiétudes de ses ressortissants [...]

2013 0

Les pays qui décrochent : l’Espagne, la Pologne et la France

La situation de l’Espagne, déjà très préoccupante au regard des résultats de l’enquête en 2012, s’est encore aggravée. Le niveau d’inquiétude des Espagnols [...]

2013 0

Un pays qui stagne : la Grande-Bretagne

Le mot « stagnation » résume bien la situation actuelle de la Grande-Bretagne, aussi bien compte tenu des données économiques objectives disponibles (stagnation [...]

2013 0

Haut de page

English