Bandeau
Synthèse 2012 > Les Français ont peur de voir disparaître leur modèle

En France : le sentiment d’exposition au risque est fort et génère de réelles inquiétudes malgré un système de protection perçu comme efficace

Les Français ont peur de voir disparaître leur modèle.
Depuis déjà longtemps, les Français sont confrontés à des annonces répétées de la prochaine faillite d’un modèle social auquel par ailleurs ils se montrent particulièrement attachés. Avec la crise économique, le risque de disparition de leur modèle social les angoisse de plus en plus.

Ils sont parmi les Européens qui s’estiment aujourd’hui les plus exposés aux risques de la vie, quels qu’ils soient. Ainsi, une majorité d’entre eux estime plutôt probable d’être victime d’un accident de la route (65% contre 51% au global), d’agression ou de vol (54% contre 40% pour l’ensemble) mais aussi d’un piratage bancaire ou d’une atteinte à leur réputation sur internet (52% contre 37% pour l’ensemble) ou encore de se retrouver au chômage (51%, au même niveau que l’ensemble), voire de perdre son patrimoine (40% contre 38% pour l’ensemble).

Parallèlement, les Français se montrent plutôt confiants quant aux protections dont ils bénéficient aujourd’hui.
D’abord, la grande majorité des Français estime que les mécanismes de protection contre le risque financier, le risque de chômage et de précarité leur ont permis d’être autant (32%), voire mieux protégés qu’il y a cinq ans (31%) même si 37% d’entre eux considèrent dorénavant l’être moins. Sur ce sujet, ils font partie des Européens les plus confiants.
Ensuite, sur dix-sept risques testés, ils font partie des Européens qui affirment le plus bénéficier d’une protection (soit par un système d’assurance, soit par une couverture de l’Etat). C’est plus spécifiquement le cas pour l’ensemble des risques concernant les biens immobiliers et la santé. En effet, ils sont bien moins nombreux que la moyenne des Européens à déclarer n’avoir « aucune protection » contre la destruction du logement (15% contre 32% au global), le vol du véhicule (18% déclarent aucune protection contre 30% au global) ou encore le cambriolage (16% se disent sans protection contre 33% au global). Toutefois, ils affichent des niveaux de protection ressentie bien moindre pour les risques sociaux (notamment la perte d’emploi : 53% se considèrent sans protection) ainsi que pour ceux concernant l’incapacité ou l’invalidité. Il n’en demeure pas moins vrai que même sur ces types de risques, ils déclarent un niveau de protection supérieur à la moyenne européenne.

Surtout, malgré un ressenti relativement élevé en termes de protection par rapport à la moyenne européenne, globalement, les Français se montrent presqu’autant préoccupés que les autres par les risques auxquels ils peuvent être exposés (sauf pour ceux concernant les biens matériels). Ils expriment des craintes relativement fortes à propos des risques de maladie (75% contre 74% pour l’ensemble des pays européens), d’invalidité (67% contre 65% au global) ou de perte d’autonomie (71% contre 68% au global). En ce qui concerne la perte d’emploi, le risque les préoccupe (50%) mais logiquement moins que dans le reste des autres pays de l’Union Européenne (57%) puisqu’ils considèrent que les systèmes de protection ont plutôt bien fonctionné dans ce domaine.

On peut d’ailleurs émettre l’hypothèse que le fait même que le système de protection soit plus souvent perçu comme efficace est en soi générateur de craintes. Les Français vivent probablement avec l’angoisse que ce modèle qui les a plutôt bien protégés dans presque tous les domaines, soit en train de vivre ces derniers instants et qu’après lui, ce soit le chaos.

En France : le sentiment d’exposition au risque est fort et génère de réelles inquiétudes malgré un système de protection perçu comme efficace. Les Français ont peur de voir disparaître leur modèle.



Synthèses recommandées

En Grèce et en Italie : le sentiment d’exposition au risque est particulièrement élevé

Une situation qui génère pourtant des niveaux de préoccupation très différenciés au sein des deux pays.Ces deux pays de l’Union Européenne ont comme point [...]

2012 0

La Pologne : un sentiment d’exposition modéré

La Pologne est un cas à part. En termes d’exposition face au risque, la population polonaise s’estime en moyenne un peu moins exposée que l’ensemble. Sur [...]

2012 0

La préoccupation de la population espagnole est réelle

La préoccupation de la population espagnole est réelle.En termes d’exposition au risques, l’attention des Espagnols se focalise essentiellement sur le [...]

2012 0

L’Allemagne et la Grande-Bretagne : le sentiment d’exposition est relativement faible

Toutefois, le niveau de préoccupation est là encore très différent entre les deux pays.Ces deux pays ont comme premier point commun d’être ceux au sein [...]

2012 0

La France, l’Italie et l’Espagne : des pays où le sentiment d’exposition est fort

Particulièrement anxieuses face à des plans de rigueur en cours et à venir, les populations de ces trois pays expriment une aversion particulièrement prononcée [...]

2012 0

La capacité à faire face au coût financier du risque est relativement faible

Globalement, le sentiment de pouvoir assumer les conséquences financières des risques de la vie est aujourd’hui relativement faible au sein de l’Union [...]

2012 0

Haut de page

English