Bandeau
Synthèse 2015 > Le spectre du chômage, toujours présent mais un peu moins menaçant

Le spectre du chômage, toujours présent mais un peu moins menaçant

Interrogés sur les risques qui les inquiètent le plus, les Européens ne mentionnent plus le chômage dans le trio de tête. Ils le citent en 4ème position (29%), très loin derrière les risques de santé - dont la perte d’autonomie - (66%), les risques financiers (37%) ou encore les risques de la route (31%). On observe ainsi le retour d’une hiérarchie des risques un peu moins marquée par la crise économique.

D’ailleurs, si une part significative d’Européens considèrent toujours qu’ils ont plus de risques qu’il y a 5 ans de connaître des difficultés financières (59%), de basculer dans la précarité (53%) ou de perdre leur emploi (44%), ces sentiments sont plutôt en recul (de -3 à -7 points par rapport à 2013 selon les items).

Ces évolutions sont néanmoins à nuancer en fonction des pays considérés : en Espagne, en Italie et en Pologne, le risque de chômage est toujours l’un des trois risques les plus craints. En Europe du Sud, perdre son emploi est même le 2ème risque le plus anxiogène, devant le risque de perdre son patrimoine financier. Il s’agit d’un événement d’autant plus inquiétant que sa survenue est jugée plausible : 65% des Polonais considèrent qu’ils ont plus de risques de perdre leur emploi qu’il y a 5 ans (dont 40% « beaucoup plus »), 59% des Italiens (dont 37% « beaucoup plus ») et 48% des Espagnols (dont 28% « beaucoup plus »).
En France et en Allemagne, la perspective du chômage (citée par respectivement 25% des Français et 22% des Allemands) inquiète moins que la possibilité d’une agression ou d’un vol (citée par respectivement 34% et 30%. Ce risque figure dans le trio de tête des risques les plus anxiogènes des deux côtés du Rhin.
En Grande-Bretagne, le chômage (24% de citations) est même devancé par les risques informatiques, comme le piratage de ses coordonnés bancaires ou une atteinte à sa réputation sur internet (30%).

Le spectre du chômage, toujours présent mais un peu moins menaçant



Synthèses recommandées

Le sentiment d’une vulnérabilité importante, mais qui tend lui aussi à s’atténuer

Si les Européens restent majoritairement convaincus qu’ils ont plus de risques de connaître des difficultés financières (59%) ou de basculer dans la précarité [...]

2015 0

Un sentiment de déclassement un peu moins prégnant

Si une majorité relative d’Européens a toujours le sentiment d’être en régression sociale par rapport à leurs parents à leur âge (40%), ce sentiment est [...]

2015 0

Une aversion toujours aussi forte pour le risque

Aux yeux d’une majorité d’Européens, le risque est toujours considéré comme un danger à éviter (60%; +1 point par rapport à 2013). Seuls 40% d’entre eux [...]

2015 0

L’émergence de nouvelles formes de consommation collaborative

Près des deux tiers des Européens ont constaté l’émergence de nouvelles formes de consommation collaborative (65% dont 14% « Oui, beaucoup »). Ce phénomène [...]

2015 0

Grande Bretagne

Bien que les Britanniques aient tendance à se sentir moins vulnérables cette année, ils restent aussi opposés au risque qu’en 2013. Le développement de [...]

2015 0

Allemagne

Bien que les Allemands aient tendance à se sentir un peu moins vulnérables cette année, ils sont devenus encore plus opposés au risque qu’ils ne l’étaient [...]

2015 0

Haut de page

English