Bandeau
Synthèse 2012 > Espagne

Espagne 2012

Les Espagnols se retrouvent probablement aujourd’hui au milieu du gué, partagés entre une anxiété indéniable face à une situation qui ne cesse de se détériorer et le sentiment qu’il convient désormais de s’exposer si l’on veut pouvoir s’en sortir.
A terme, l’Espagne pourrait basculer dans le clan des pays qui valorisent le risque.

Les Espagnols affichent un très fort sentiment de préoccupation, notamment face au chômage

Un sentiment d’exposition un peu plus modéré que la moyenne SAUF en ce qui concerne le chômage

  • 59% considèrent probable d’être confrontés à un risque de chômage(contre 51% au global) mais 35% seulement considèrent probable d’être confronté à un risque financier de perte de patrimoine (contre 38% au global) et 38% seulement considèrent probable d’être confronté à un risque d’agression ou de vol (contre 40% au global)
  • Mais les Espagnols sont très inquiets des évolutions en cours : un basculement possible
  • 48% des estiment être moins bien protégés face aux risques (contre 47% au global, 64% considèrent avoir plus de chance de perdre leur emploi qu’il y a 5 ans (contre 56% au global), et 71% de basculer dans la précarité (contre 63% au global).

Un fort niveau de préoccupation par rapport à la moyenne européenne

  • 13/17, c’est le nombre moyen de risques qui les préoccupent (contre 11/17 au global) 64% se disent préoccupés par le risque de perte de leur emploi (contre 57% des Européens)
  • 64% disent préoccupés par le risque de perte d’emploi de leur conjoint (contre 55% au global).
  • 83% se disent préoccupés par un risque de maladie grave les concernant(contre 74% des Européens)
  • 78% se disent préoccupés par une invalidité permanente les concernant(contre 65% des Européens)

Les Espagnols se montrent très partagés face à la prise de risque : entre l’aversion et la « tentation » grecque

Le rapport à la prise de risque est très ambivalent
La prise de risque génère de réelles craintes…

  • 65% des Espagnols considèrent que le risque est plutôt un danger à éviter (contre 51% des Européens)
  • 78% des Espagnols pensent au mot « danger » (contre 70% au global)
  • 36% seulement pensent à « la peur » quand on leur parle de risque (contre 33% au global)

…mais dans le même temps elle les tente : s’exposer au risque si l’on veut pouvoir s’en sortir

  • 70% considèrent qu’il faut prendre des risques quitte à en payer le prix si l’on échoue (contre 56% au global)
  • 55% déclarent que pour réussir, il faut prendre beaucoup de risques (contre 44% au global)

Haut de page

English