Bandeau
Synthèse 2013 > Des systèmes de protection sociale diversement appréciés

Des systèmes de protection sociale diversement appréciés

Sans grande surprise étant donné les conséquences toujours plus violentes de la crise économique sur le vieux continent et le sentiment d’une vulnérabilité accrue face à ces effets, les Européens sondés se montrent en moyenne plutôt critiques face à leurs systèmes de protection sociale respectifs : 57% considèrent que leur système national fonctionne mal, contre 43% qui jugent au contraire qu’il fonctionne bien.

Mais ces résultats moyens masquent des disparités nationales très importantes.

Dans trois des pays sondés, une large majorité de sondés considère que le système fonctionne bien : en Allemagne (65%), en Suède (64%) mais aussi en France (61%). En Allemagne et en France, les répondants ont d’ailleurs très largement le sentiment que leur système de protection sociale est plus avancé que celui de leurs voisins européens (70% le pensent en Allemagne et 62% en France). Les Suédois, peut-être moins chauvins, ne sont que 37% à le penser, soit à peine davantage que ceux qui considèrent que leur système n’est « ni plus ni moins avancé » que celui de ses voisins, eux-mêmes certes bénéficiaires du « modèle scandinave ». Ces trois pays sont ceux dans lesquels la part du PIB consacrée à la protection sociale est la plus importante (en 2010 d’après Eurostat : 33,8% en France, 30,7% en Allemagne et 30,4% en Suède).

En Pologne, en Italie et en Espagne, on juge au contraire très majoritairement que le système de protection sociale fonctionne mal : 86% des Polonais le pensent, tout comme 77% des Italiens et 70% des Espagnols. Dans ces trois pays, on considère donc sans surprise assez largement que le système national est moins avancé que celui des pays voisins (76% des Italiens le pensent, 75% des Espagnols et 71% des Polonais), sans doute pour des raisons diverses : frappé par les coupes budgétaires et sous pression en Italie et en Espagne, le système de protection sociale polonais reste quant à lui embryonnaire (les dépenses consacrées par la Pologne à la protection sociale ne représentaient en 2010 que 18,9% du PIB selon Eurostat, contre 29,4% de l’UE27) et les réformes du Premier ministre Donald Tusk sont contestées (santé publique, retraite) (2)

En Grande-Bretagne, les jugements sont plus partagés : 55% des Britanniques considèrent que leur système de protection sociale fonctionne mal, contre 45% qui jugent au contraire qu’il fonctionne bien. Le modèle étatique britannique a en effet ses détracteurs du fait de ses limites : manque d’investissement dénoncé, lourdeur du système et longueur des listes d’attente pour bénéficier de soins. D’ailleurs, notons que si la Grande-Bretagne consacre une part plus importante que la moyenne des pays européens à la branche maladie, soins de santé et invalidité, elle dépense en proportion bien moins en ce qui concerne la branche chômage, une inquiétude pourtant particulièrement forte des Européens à l’heure actuelle. Malgré tout, une majorité relative de Britanniques considère que leur système de protection sociale est plus avancé que celui de ses voisins (47% contre 31% qui jugent qu’il l’est moins et 22% qu’il ne l’est « ni plus ni moins »).

(2) Puissances d’hier et de demain : L’Etat du Monde 2014, de Bertrand Badie, Dominique Vidal, Philippe Rekacewicz et Collectif (5 septembre 2013), p.227

Des systèmes de protection sociale diversement appréciés



Synthèses recommandées

La fin de l’Etat-Providence omniprésent, opportunité d’émergence d’un nouveau modèle ?

Dans tous les pays sondés, une majorité d’habitants considère certes souhaitable que le secteur public / l’Etat augmente ses niveaux de prise en charge [...]

2013 0

La nécessité de réformer pour assurer la pérennité du système

Si la performance des différents systèmes nationaux est jugée diversement, les Européens sondés s’accordent sur la nécessité de les réformer : 95% pensent [...]

2013 0

Un sentiment de vulnérabilité exacerbé

Conséquence notamment de l’enlisement de la crise et de l’augmentation des inquiétudes : les Européens se sentent de plus en plus vulnérables. Face [...]

2013 0

Une aversion encore plus marquée qu’en 2012 pour le risque

Dans le contexte actuel, le risque apparaît toujours plus comme un danger aux yeux des Européens déjà sondés en 2012 : Français, Allemands, Espagnols, [...]

2013 0

Les inquiétudes des Européens continuent de se renforcer

Malgré (et sans doute en raison de) l’inscription dans la durée de la crise économique en Europe, les inquiétudes des Européens ne faiblissent pas. Au [...]

2013 0

Les pays où l’on observe des signes encourageants : l’Allemagne et l’Italie

Des préoccupations en baisse en Allemagne L’Allemagne, avec un budget excédentaire et une croissance qui repart, voit les inquiétudes de ses ressortissants [...]

2013 0

Haut de page

English