Bandeau
Synthèse 2013 > Allemagne

Allemagne 2013

En Allemagne, les préoccupations sont en baisse, le sentiment de vulnérabilité est minoritaire et l’aversion culturelle pour le risque s’érode

Un niveau de préoccupation toujours élevé mais en diminution :

  • En moyenne, 12,1 des 17 risques testés sont des sujet d’inquiétude importants (contre 10,8/17 au sein de l’ensemble des pays) mais les niveaux d’anxiété reculent sur la quasi-totalité de ces risques sauf sur la crainte de chômage, que ce soit pour soi (+4 points par rapport à 2012) ou pour son conjoint (+4 points).

Le sentiment de vulnérabilité est minoritaire :

  • Seule une minorité d’Allemands a le sentiment d’être plus vulnérable a qu’il y a 5 ans, que ce soit face aux risques de rencontrer des difficultés financières (44% contre 62% en moyenne), de basculer dans la précarité (42% contre 59%) ou encore de perdre leur emploi (30% contre 51%).
  • C’est en Allemagne que le sentiment de régression sociale est le moins fort (seulement 7% contre 50% dans l’ensemble des pays)

L’aversion pour le risque reste très majoritaire mais est en légère régression :

  • 41% des Allemands ont désormais le sentiment que la prise de risque est valorisée dans leur pays (+3 points par rapport à 2012).
  • 39% considèrent que pour réussir, il faut « plutôt » prendre des risques (+2 points).
  • 36% affirment qu’il vaut mieux enseigner à un jeune à savoir prendre des risques quitte à en payer le prix à payer en cas d’échec (+8 points).

Malgré leur aversion, les Allemands ont le sentiment de prendre beaucoup de risques : un message au reste de l’Europe ?

  • 72% des Allemands ont le sentiment de prendre des risques, le score Européen le plus élevé (62% dans les autres pays).

Haut de page

English