Bandeau
Synthèse 2012 > Allemagne

Allemagne 2012

Les Allemands entretiennent un quasi-rapport de répulsion vis-à-vis de la prise de risque. Il s’agit d’un phénomène relativement unique en Europe dans la mesure où le sentiment de protection y est plus fort qu’ailleurs et qu’ils se sentent moins exposés que les autres. Leur conception du risque est en totale opposition avec celle des Grecs

Les Allemands sont parmi ceux qui se considèrent les moins exposés et les mieux protégés : ils sont pourtant très inquiets

Un sentiment d’exposition relativement faible
Les Allemands font partie de ceux qui s’estiment les moins exposés aux risques

  • 30% seulement considèrent probable d’être confrontés à un risque de chômage(contre 51% au global)
  • 30% seulement considèrent probable d’être confronté à un risque financier de perte de patrimoine (contre 38% au global)
  • Un système de protection considéré comme plutôt plus efficace que la moyenne
  • 69% des Allemands s’estiment mieux ou aussi bien protégés qu’avant la crise (contre 53% des Européens)

Un fort niveau de préoccupation par rapport à la moyenne européenne
Les Allemands sont les Européens qui se montrent les plus préoccupés par les risques de la vie :

  • 13/17, c’est le nombre moyen de risques qui les préoccupent (contre 11/17 au global)
  • 88% se disent préoccupés par les risques de décès d’un membre du foyer (contre72% des Européens)
  • 81% disent préoccupés par les risques d’un accident corporel les impliquant (contre 69% au global).
  • 75% se disent préoccupés par les risques de cambriolage de leur logement (contre 64% des Européens)

Haut de page

English